Plan Fiabilité RER D - chantiers 2014 (présent. du 20/05)

On débat ici des projets de la ligne. N'hésitez pas à nous proposer des idées d'amélioration.
aquarius
Equipe SaDur
Messages : 27831
Enregistré le : 24 nov. 2006, 01:00
Trajet : Maisons-Alfort - Vélizy et retour (en principe)

Plan Fiabilité RER D - chantiers 2014 (présent. du 20/05)

Messagepar aquarius » 23 mai 2014, 14:53

Le mardi 20 mai, avait lieu la présentation aux élus et aux associations des travaux du plan de fiabilité de la ligne D pour l'année 2014. Voici quelques notes prises durant la réunion.

Travaux de fiabilisation de l’infrastructure en 2014

Bénédicte Tilloy : ce n’est pas un comité de ligne, il y en aura un prochainement.
On parle ici du programme des travaux 2014 : il apportera des améliorations moyennant un certain nombre de perturbations : substitutions, information voyageur, …
Les autres intervenants seront Yves Ramette, responsable du gestionnaire d'infrastructure unifié (GIU) composé de RFF IDF + SNCF Infra, et Julien Dehornoy, directeur de la ligne

Le processus de montée en charge des travaux a fait suite à une audition par le STIF fin 2013. Celle-ci ne s’est pas bien passée, d’où la décision de massifier les travaux (changement de logique).

Philippe Sainsard : le comité de ligne aura lieu dans la 1e quinzaine de juillet. Toutes les questions de programmation au-delà de 2014 y seront évoquées, les décisions correspondantes seront à prendre dans les mois à venir.
Les interruptions de trafic sont le prix à payer pour retrouver de meilleures conditions de voyage.

Julien Dehornoy : fait un rapide rappel de ce qu'est la ligne D: 550000 voyageurs par jour, 470 trains par jour, 2 gares très importantes jusqu’à 84000 voyageurs par jour. Depuis décembre 2013, on est revenus à B20+D12 dans le tunnel, et il n’y a pas plus de retard qu’en 2013.
Le SA 2014, c'est aussi une desserte type métro avec 12 trains par heure entre Paris et Villiers, et à Maisons-Alfort, et 16 à Villeneuve. D'où un changement de comportement face à la ligne.
La ligne D, c'est aussi 5 PC de régulation de trafic (Denfert, 2 gares parisiennes, 2 PC au nord et au sud), 19 postes d’aiguillage
Mais aussi des ateliers de maintenance trop près de Paris (St Denis et Villeneuve)
Et surtout un réseau vieillissant:
1/3 aiguillages ont plus de 30 ans
50 % des postes aiguillage ont plus de 30 ans
68 % des caténaires datent d'avant 1958

Ponctualité voyageurs : 85,1 % en 2011, 83,8 en 2012, 82,8 en 2013 puis 87,7 sur les 4 premiers mois de 2014 (soit + 7 pts par rapport à janvier-avril 2013)
Mais les résultats sont très irréguliers: en 2013, il y a seulement eu 4 jours hors we et vacances à plus de 90 %. Il y en a déjà 20 en 2014.

59 % de satisfaction de la clientèle
Points positifs : info voyageurs, gestion situation perturbées
Points négatifs : ponctualité, propreté, sécurité

Yves Ramette : se présente comme le responsable du GIU
La modernisation du réseau IdF est une priorité nationale.
L'Ile de France c'est 20 % de la population, 10 % du réseau ferré national, mais 40 % des circulations
Cela représente 6500 trains par jour, avec un trafic sur le RER B supérieurà la somme de celui des 20 TER, et sur le RER A triple de celui de tous les TGV. C'est sir l'Ile-de-France 3 M voyageurs par jour
Une gare telle que Châtelet-Les Halles voit passer 700000 voy/jour

Il y a une montée en charge des investissements : 300 M / an avant 2008, 600 entre 2008 et 2012, 1200 entre 2013 et 2020 sur l’ensemble du réseau Ile de France (dont Eole).
Il s'agit maintenant de travailler autrement, en réalisant le maximum de travaux en un minimum de temps. Pour le moment, avec une coupure de nuit, on ne dispose que de 2 h utiles chaque nuit. Le programme de travaux 2014 a donc été complété par une partie « Plan fiabilité », mais cela perturbe le processus de décisions (les décisions ont été prises tardivement…). Sur 2015 et 2016, la priorité sera officiellement donnée aux chantiers d'Ile-de-France. C’est un traitement particulier pour la région.
Il faut des moyens financiers, mais aussi humains : 900 personnes à recruter sur 2014, dont déjà la moitié le sont, qu'il faut ensuite fidéliser sur l’Ile de France. Au total, 7000 personnes mobilisées en 2014 (30000 pour la France entière) + 1500 sur les projets et 3000 dans les ateliers

Stéphane Chapiron : se présente comme le directeur maintenance et travaux SNCF, en charge des établissements industriels maintenance (7000 personnes).
Le programme 2014 sera concentré sur la partie sud de la ligne.
Quelques statistiques pour comprendre:
- sur 194 km de ligne, 1/3 a plus de 30 ans
- 60 % des circuits de voie ont plus de 40 ans
- sur 402 aiguillages, un tiers ont plus de 30 ans
- sur 19 postes d’aiguillage, 9 ont plus de 30 ans
- sur la partie sud de la ligne, 68 % des caténaires ont plus de 40 ans

Sur 2009-2013, les opérations de maintenance ont représenté 365 M EUR sur 5 ans, sur 2014-2018, ce seront 550 M EUR sur 5 ans (soit + 50 %)

Il y a 2 volets:
(1) un programme de régénération : voie-ballast, aiguillages, signalisation (avec notamment le PAI (Poste d'Aiguillage Informatisé de Gare de Lyon), caténaires
(2) un renforcement de la maintenance avec la mise en place d’une maintenance spécifique zone dense (pour être en cohérence avec les objectifs de qualité de service), avec une organisation industrielle adaptée, notamment lorsqu'une intervention urgente est nécessaire (à mesurer en termes de temps de réponse). Ceci passe par la mise en places d'équipes en 7 jours sur 7 et en 3x8.

En 2014, l'investissement sera de 100 M EUR, dont 75 % sur le sud. Ceci correspondra à 46 semaines de travaux de nuit, et à 28 week-ends de travaux.

Ce plan fiabilité sur 2014 se déroulera principalement sur le 2e semestre, en parallèle du SDA (Schéma Directeur d'Accessibilité) qui reste en lui-même un programme important.
- en juillet - août: remplacement d'aiguillages dans le secteur de Melun
- de septembre à décembre: régénération de voies, remisages de Melun et de Corbeil, régénération de caténaires (ce n’est là que le début d’une plus grande opération)

Julien Dehornoy : ce seront donc 2 périodes
- du 14 juillet au 15 août, avec les travaux de mise en accessibilité sur le Plateau
- pendant les vacances de la Toussaint, avec les travaux des faisceaux Melun et Corbeil
qui auront les plus gros impacts.

Stéphane Chapiron : Hors plan de fiabilité, un chantier de renouvellement de 16 km de voies, 4000 t de ballast, 10000 traverses entre Villeneuve et Cesson se déroulera du 1er octobre au 15 décembre en travaux de nuit : il y aura cependant des réductions de vitesse en matinée. Les impacts seront faibles sur la D, plus importants sur la R (les travaux se déroulent principalement sur les voies directes) : certains trains de la R emprunteront en effet les voies bis.

Les travaux d'accessibilité concerneront 7 gares : Grigny, Evry-Centre, Boussy, Yerres, Bras de Fer, Vert de Maisons et Maisons-Alfort.

Au total, ce seront 50 semaines de travaux, dont 22 avec des travaux de nuit, et 10 week-ends de travaux.

Julien Dehornoy : Pour ce qui concerne le Plateau, on aura une fermeture partielle (avec seulement des trains Corbeil - Paris le matin et des trains Paris - Corbeil le soir) entre le 15/7 et le 17/8. Le reste des dessertes sera effectué avec des substitutions routières en direction de la Vallée.
Le dimanche 27 juillet, puisque le Tour de France partira d'Evry, il y aura exceptionnellement un renforcement de l’offre.

Stéphane Chapiron : certains aiguillages en gare de Melun, âgés de plus de 40 ans, vont être changés. Cela se fera sur 8 semaines entre le 7 juillet et le 25 août, dont principalement les 2 week-ends des 19-20 et 26-27 juillet, et 3 semaines de nuit. Il y aura des ralentissements pendant 3 semaines.
1 remplacement d’aiguillage ça coûte 400 000 EUR, et les travaux principaux durent environ 8 heures. Voir la vidéo projetée pendant la réunion.

En semaines 43 et 44 (vacances scolaires de Toussaint), il y aura la regénération des faisceaux de remisage de Melun et Corbeil avec le renouvellements de 7 aiguillages et de 700 m de voies. Plus particulièrement pour Corbeil, cela concerne 2 aiguillages en entrée et les voies en amont et en aval. En conséquence, l’accès à Corbeil depuis le nord sera impossible le week-end des 1er et 2 novembre. Des bus de substitution assureront la liaison avec les gares d’Evry sur les 2 branches.

Julien Dehornoy : c'est une opération très lourde, mais l’exploitation de la ligne en dépend (il y a eu un problème sur un aiguillage de Melun pendant 3-4 jours début avril : cela a entraîné la suppression de jusqu’à la moitié de l’offre)

Stéphane Chapiron : également sur les semaines 43 et 44, aura lieu la régénération des caténaires entre Lieusaint et Melun: poteaux, élingues, pièces, … sur les voies 1bis et 2bis (appelées 1S et 2S). Seuls resteront les voies 1 et 2 pour l’arrivée en gare de Melun et le départ. Ce qui conduira à la suppression de la moitié de l’offre.
Pendant la nuit, il y aura des grosses opérations de remise à neuf des porteurs, câbles les plus hauts qui supportent tout le reste (avec interception de toutes les voies).

Julien Dehornoy : il y a pas mal de regroupement de travaux sur cette période.


Intervenant de l’IFOP :
Transilien a mandaté l'IFOP pour travailler sur l'impact clients de ces travaux et en particulier le niveau d’acceptabilité sociale de ces travaux.

L'étude a été faite sous 2 formats:
- rencontre de 3 groupes de clients (qualitatif)
- enquête auprès de 900 abonnés Transilien par téléphone (quantitatif)

L’acceptation est assez forte.
Les travaux sont jugés indispensables pour 55 % , utiles pour 34 %, pas vraiment nécessaires pour 9 %, pas nécessaires du tout pour 2 %
Pourquoi les travaux ? d'abord pour réduire les retards pour 74 %, accroître la sécurité et limiter les risques pour 51 %, augmenter la fréquence pour 42 %

7 propositions ont été présentées aux groupes de travail :
- interruption pendant 2-3 we d’affilée avec substitution
- fermeture d'une gare parisienne entre le 1er et le 15 août, le train part d’une gare de périphérie
- pdt 2 à 3 semaines 1 train sur 2 en heure de pointe
- interruption totale entre 10h et 16h pendant 1 à 2 semaines
- interruption totale sur un tronçon Paris intra muros pendant 7 semaines en été: il faut prévenir pour planifier les vacances, prévoir des bus directs
- interruption en grande banlieue en nuit longue (22h-5h30 au lieu de 23h-4h): les horaires doivent être respectés !!!
- interruption en grande banlieue 2 semaines pendant l’été: il faut une information disponible nettement avant, des moyens de substitution en particulier covoiturage

Les retombées attendues sont en termes de:
- Sécurité : très importantes pour 48 %, importantes pour 33 %
- Retards : très importantes pour 32 %, importantes pour 39 %
- Fréquences : très importantes pour 28 %, importantes pour 39 %
- Confort: très importantes pour 24 %, importantes pour 38 %

Pour 74 % des voyageurs, le délai d'information préalable attendu est de 1 mois.

Quelle information ?
- Avant : date, nature des travaux, objectifs des travaux... en gare, dans les trains et sur internet
- Pendant : horaires temps réel, signalisation des incidents, mise en place des gilets rouges, signalétique spécifique, mais aussi information sur l'avancement des travaux (les clients veulent comprendre de quoi il retourne, marque de respect due par la SNCF)
- Après : nature des travaux, chiffres, budgets, photos, vidéos, …

Attentes des clients:
- Justifier l’accélération des travaux, les durées longues
- Prendre en compte la nuisance pour les clients

Messages : en gare, à bord (on a le temps…), sur Internet (annonces, horaires temps réel, moyens de substitution, suivi des travaux, réussite …), mobile, médias



Bénédicte Tilloy : sur cette base, certains scénarios ont été privilégiés, et les actions d’information et de signalétique ont été définies.
Transilien a pu bénéficier de 2 expériences en grandeur nature : week-end du 15 août 2013 sur la B, et les jours qui ont suivi l'accident de Brétigny en juillet 2013 sur le RER C.

Transilien prend face à ses clients 4 engagements :
- fournir une information *précise* sur les travaux et leurs conséquences au plus tard 1 mois avant le démarrage des travaux
- mettre à disposition de chaque client d’une solution pour ses déplacements (et non "mettre à disposition de tous les clients d'une solution")
- permettre à chaque client de s’orienter facilement dans la gare pour poursuivre son trajet (ce qui impose le relais des collectivités locales)
- mettre en place des agents, visibles, pour orienter et informer chaque client pour lui faciliter son déplacement
Il est ajouté un 5e engagement : vérifier auprès des clients l’application des 4 engagements.

Créteil-Pompadour est une gare école pour la formation à l’intermodalité car elle dispose des équipements les plus modernes.

300000 dépliants horaires, 100000 calendriers trimestriels, 75000 dépliants consacrés aux travaux sur le plateau, et 90 panneaux d’information 200x100 ou 80x120 seront édités cette année.
Des kits de signalétique spécifiques à chaque gare, l'installation de bâches rouges comme sur St Lazare, ou d'oriflammes pour le départ des bus de substitution est d'ores et déjà prévue (tests faits sur Meulan – Mantes).


Questions

Jean-Michel Belhomme, maire adjoint de Cesson : ce sont les voies directes qui sont régénérées, il n'y a donc aucune influence sur la D

Julien Dehornoy : ce sont bien les voies directes qui sont régénérées. A l’heure de pointe, les trains de la D fonctionneront normalement, c’est seulement en début ou en fin de service qu’il y aira des impacts
Seuls les segments les plus impactés sont régénérés, c'est pourquoi on n'a que 16 km de voie sur 30 km de distance.

Jean-Michel Belhomme, maire adjoint de Cesson : il va y avoir des désagréments, des modifications, comment cela va-t-il se passer avec les bus et autres transports ? Il y a une organisation à mettre en place. La présentation qui vient d'être faite ne couvre que la SNCF.
Il faut travailler avec les communes. Celles-ci en sont d'accord, mais les médias communaux doivent être sollicités rapidement (puisqu'ils n'ont souvent qu'une parution trimestrielle).

Julien Dehornoy : il y a un travail en cours avec les transporteurs locaux pour adapter les horaires
Sur la branche Sénart, les travaux n'auront d'impacts qu'en octobre, ce qui laisse encore un peu de temps. Bien sûr, les contraites liées aux médias communaux sont prises en compte.
Bénédicte Tilloy : le covoiturage de proximité sera également mis à contribution (via les entreprises acquises par le groupe SNCF)

Jean Féret, maire adjoint de Mennecy : prend acte de la mise à niveau des horaires des bus
Il revient aussi sur la pénalisation des opérateurs en cas de retard (qui n'incite pas les conducteurs de bus à attendre les trains ayant du retard).
Philippe Sainsard : Il faut aussi respecter les boucles de transport (allers et retours notamment) et permettre aux voyageurs arrivant pour prendre le train d'être à l'heure.

Jacques Picard : Il faut que le système de substitution soit mis en adéquation avec les besoins
Bénédicte Tilloy : Il est nécessaire que les itinéraires de substitution soient correctement jalonnés.

Jean Féret, maire adjoint de Mennecy : les parutions des magazines municipaux paraissant juste avant les vacances seront bouclées dans une semaine. Ensuite, le journal de rentrée sera diffusé début septembre, et donc bouclé avant le 15 août.

Olivier Faure député de Seine-et-Marne : adresse un coup de chapeau pour les efforts déployés, il faudrait diffuser la vidéo sur les travaux de remplacement de l’aiguillage dans tous les écrans.
Côté accessibilité, pourquoi met-on en accessibilité certaines gares en priorité alors que celle où se trouve la MDPH (Savigny) sera la dernière du secteur à être équipée ?
Enfin, pour aller plus vite, faut-il de l’argent ou des disponibilités ? Si on mettait plus d’argent pourrait-on aller plus vite ? A quel moment la ligne D sera-t-elle à niveau ? Où sont les ateliers permettant une intervention sur les trains en cours de journée ? s’ils sont en bout de ligne, peut-on en avoir des plus proches de Paris ?
Bénédicte Tilloy : le SDA a permis d’anticiper des études, ce qui a permis de grouper des interventions dans des gares déterminées.
Olivier Faure député de Seine-et-Marne : Savigny sera la dernière gare accessible, c’est incompréhensible pour les handicapés.
Bénédicte Tilloy : certaines programmations pourront être revues, en anticipant certaines mises en accessibilité à l’occasion des travaux de fiabilité.
Les ateliers sont vieux et sont situés dans les avant-gares des gares parisiennes. Il faut de la maintenance en bout de ligne : Creil, Corbeil et Melun permettent de réaliser maintenant certaines opérations de maintenance de premier niveau. Cela pourrait évoluer… mais se fera hors programme de fiabilité.
Julien Dehornoy : l’engorgement de Villeneuve d’il y a un an est maintenant résolu, grâce à la mise en place du travail de nuit, et au déchargement des petites opérations sur Creil, Melun, Corbeil, Bercy

Stéphane Chapiron : la quantité de travaux d’aujourd’hui est la conséquence d’une décision du STIF de massifier les travaux. Une importante opération d'élagage sur Pontoise-Gisors a par exemple nécessité une fermeture totale pendant 2 semaines.
Il faut ensuite que l’outil industriel arrive à suivre : il y a eu 800 personnes en plus en 2012, 900 en 2013 et il y en aura encore 900 en 2014. Au niveau des entreprises ferroviaires, il a fallu les mettre à niveau. C’est la capacité à monter les entreprises en compétence qui limite les travaux.
La SNCF a par ailleurs investi dans une suite rapide spécifique Ile-de-France en 2016 (ce qui permettra de passer d'un rythme de renouvellement de 70 km/an à 120 à 150 km/an). Un engin devrait permettre le remplacement de 3 km de caténaires par nuit.
Pour quand le bout du tunnel sur la D ? les grosses opérations voie et signalisation iront jusqu’à 2018-2020. Le PAI de Gare de Lyon sera opérationnel en 2017 (ce qui amènera une modernisation de la commande et de la signalisation jusqu’au km 9, soit le secteur Pompadour). Des travaux équivalents seront menés sur Montereau.
L’objectif est d’avoir des résultats de fiabilité infrastructure en nette amélioration en 2020.

Bénédicte Tilloy : ce qui manque ce sont des ingénieurs aptes à travailler en zone dense. Il n’y a pas d’ingénieurs formés, et ceux qui étaient là préféraient travailler sur les LGV. L’autre problème est lié aux réductions de capacité pendant les travaux : on ne peut pas tout mettre sur bus en Ile-de-France.

Jean Féret, maire adjoint de Mennecy : on voit les efforts faits sur l'infrastructure. Y a-t-il des efforts équivalents sur le matériel roulant ?
Philippe Sainsard : un plan matériel est en cours d'élaboration. L’aspect matériel roulant est effectivement une des causes de l’irrégularité. Mais les rames type Z2N ne sont plus construites. Il y a donc d’autres solutions envisagées mais pas à court terme.

Jacques Picard : un échéancier de disparition des Ptits Gris est à définir, puisqu'il reste une vingtaine de rames…
Les administrateurs du STIF sont des utilisateurs du RER, la pression sur la SNCF est donc très importante.
Jacques Picard regardera le cas du SDA pour le cas de la gare de Savigny.
Jacques Picard évoque ensuite les travaux Castor, dont l’expérience est à reprendre.
Le positionnement de la maintenance en bout de ligne est à creuser ? le remisage de Corbeil permettra-t-il par exemple l’installation d’une voie sur fosse ?
Grâce à ce plan de maintenance infrastructure, peut-on espérer gagner 1 % d’irrégularité infrastructure par an ?
Enfin, pour ce qui est de l'information donnée par le conducteur, la formation à la prise de parole est à terminer.

Bénédicte Tilloy : il faut encourager les conducteurs qui prennent la parole à le faire. Certains pensent que cela se fait aux dépens de la sécurité. Or, tous ont été formés par des journalistes à cette fin.
Un incident sur 6 est lié à la fiabilité. Les intervalles entre grands incidents devraient augmenter suite à l'augmentation du plan. Mais on ne peut pas prévoir l’augmentation de la ponctualité… l’objectif STIF reste toutefois à 93 %.

Julien Dehornoy : Il y a des journées où la ponctualité est de 70-75 %, elle n'a pas dépassé 65 % le 19 mai, veille de la réunion. Il faut considérer les jours à plus de 90 % et réduire le nombre de journées grises ou noires. L’incident de signalisation du 20 mai, jour de la réunion, coûtera 10 points de régularité.

La voie sur fosse pourra être aménagée à Corbeil dans le futur. Mais c’est à Melun que c’est le plus important, Corbeil vient ensuite en priorité.

Cathleen Faula, chargée de mission transport et environnement, mairie de Villeneuve : les premières versions du plan prévoyaient la rénovation d’un pont ferroviaire près de Villeneuve, cette action n’apparaît maintenant plus là. Par ailleurs, qu'en est-il de la mise en accessibilité de la gare de Villeneuve ?

Julien Dehornoy : la rénovation de ce point ferroviaire correspondait à l'action n°10, qui est en fait chantier sans impact sur la circulation, c’est pourquoi elle n’apparaît plus. Et le pont est en fait un franchissement de canalisation d’eau, quoi qu'il en soit, les travaux se feront.

Philippe Sainsard : dans le cadre du Schéma Directeur d'Accessibilité (SDA), Villeneuve a fait l’objet d’une demande de dérogation. C’est a priori inacceptable, mais la mise en accessibilité coûterait 200 M EUR. On recherche des solutions de remplacement pour les poussettes, et autres objets similaires… Des solutions pour les personnes à mobilité réduite sont recherchées afin atteindre la gare précédente ou la gare suivante: des expérimentations sont en cours sur ce plan.

Bénédicte Tilloy : la réunion se termine. Remerciements à tous les présents
Image

Avatar du membre
remster
Equipe SaDur
Messages : 27779
Enregistré le : 09 janv. 2006, 01:00
Trajet : Cesson - Pont de Levallois M3 (parfois via Melun....)
Localisation : Cesson

Re: Plan Fiabilité RER D - chantiers 2014 (présent. du 20/05

Messagepar remster » 23 mai 2014, 15:17

C'est juste dommage que le détail des 100m€ n'ait pas été communiqué...
Searching... ZYCK and destroy

Veni, vidi, sustínui...


Image

N'hésitez plus, inscrivez-vous et rejoignez-nous

Avatar du membre
BlueEdel91
Messages : 13196
Enregistré le : 20 oct. 2011, 17:09
Trajet : Lieusaint - Gare de Lyon, puis Gare de Lyon - Ligne 14
Contact :

Re: Plan Fiabilité RER D - chantiers 2014 (présent. du 20/05

Messagepar BlueEdel91 » 23 mai 2014, 15:28

ON VA CREVER !
«Soyons réaliste,exigeons l'impossible».
OUI AUX DIRECTS SENART PARIS

Avatar du membre
BlueEdel91
Messages : 13196
Enregistré le : 20 oct. 2011, 17:09
Trajet : Lieusaint - Gare de Lyon, puis Gare de Lyon - Ligne 14
Contact :

Re: Plan Fiabilité RER D - chantiers 2014 (présent. du 20/05

Messagepar BlueEdel91 » 23 mai 2014, 15:29

"Le SA 2014, c'est aussi une desserte type métro "

ca y est, y'en a quand même un qui ose le dire !
«Soyons réaliste,exigeons l'impossible».
OUI AUX DIRECTS SENART PARIS

Avatar du membre
BlueEdel91
Messages : 13196
Enregistré le : 20 oct. 2011, 17:09
Trajet : Lieusaint - Gare de Lyon, puis Gare de Lyon - Ligne 14
Contact :

Re: Plan Fiabilité RER D - chantiers 2014 (présent. du 20/05

Messagepar BlueEdel91 » 23 mai 2014, 15:30

Désolée oublié de remercier notre secrétaire de séance
MERCI
mais je suis un peu affolée en lisant tout cela...
«Soyons réaliste,exigeons l'impossible».
OUI AUX DIRECTS SENART PARIS

aquarius
Equipe SaDur
Messages : 27831
Enregistré le : 24 nov. 2006, 01:00
Trajet : Maisons-Alfort - Vélizy et retour (en principe)

Re: Plan Fiabilité RER D - chantiers 2014 (présent. du 20/05

Messagepar aquarius » 23 mai 2014, 15:49

Alors, faut pas lire... c'est vendredi, zénitude absolue...
Image

Avatar du membre
BlueEdel91
Messages : 13196
Enregistré le : 20 oct. 2011, 17:09
Trajet : Lieusaint - Gare de Lyon, puis Gare de Lyon - Ligne 14
Contact :

Re: Plan Fiabilité RER D - chantiers 2014 (présent. du 20/05

Messagepar BlueEdel91 » 23 mai 2014, 16:06

difficile vu que les alertes tombent
«Soyons réaliste,exigeons l'impossible».
OUI AUX DIRECTS SENART PARIS


Retourner vers « Des idées et des projets pour améliorer la situation »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : BrandWatch [Bot] et 1 invité